samedi 20 août 2016

Du 3 au 27/09/2016 - Art contemporain - Atelier340Muzeum - Bruxelles

Daniel Desmetd - photographies (BE)

Katarzyna Gornu - Iconographie (PL)

Anu Tuominen - Matériaux (FI)


ATELIER 340 MUZEUM
334, Drève de Rivieren - 1090 Bruxelles
 
 
 

mercredi 17 août 2016

LE RETOUR DES TERRES CRUES ...







Le retour des terres crues

La terre crue est utilisée depuis des siècles en tant que matériau de construction dans divers lieux de la planète. Elle connaît un retour pour ses propriétés écologiques, esthétiques, isolante, apportant du confort et de la régularisation hydrométrique, thermique et phonique.
Les argiles grasses, les ocres ont servi de matières décors (peintures rupestres) mais aussi, de support-plaque à écriture dans l’antiquité.
Cette matière intègre tous les stigmates et gestes gravés en elle.
L’histoire démontre des œuvres fatales tels, les corps fossilisés dans les cendres volcaniques de Pompéi. La terre crue sert toujours de support pour la préparation de tirages en plâtre ou en bronze.

Les nouvelles appropriations
Certains artistes et mouvements artistiques de la fin du XXème siècle vont modifier les visions.
Cette matière conduit dans l’universel. La terre histoire, la terre présence, la terre fin et espérance.
En art, la terre crue, matière malléable, se sublime.
Elle s’approprie en elle le recueillement, la mémoire, le silence, des forces tranquilles.
La terre tient une « aura » particulière lorsqu’elle habite des œuvres.

Richard long - "La vraie terre pour dessiner". Les installations sont souvent réalisées dans des formes géométriques telles que les cercles, les lignes, les spirales et  les ellipses



Parmi bien d’autres, voici des artistes qui ont intégré la terre crue dans leurs œuvres:
Marcel Duchamps fait rentrer la poussière dans l’histoire de l’art.
Guiseppe Penone - utilise très tôt la terre dans ses œuvres.
Charlotte Nodin - Paysages en terre crue.
Dimitri Tsykalov - Heart, 2003, humus, terre, branches, 170 x 100 x 100cm. La terre est vue comme un cœur géant où le sang serait les racines et les arbres, poumons de la nature. Humus, l’artiste renverse les éléments: la terre devient l’espace de l’exposition (ci-contre).
Ousmane Sow – le sculpteur d’êtres géantismes a inventé sa propre matière lui servant pour sculpter. Cette mixture est un mélange de sable, de jute et de paille avec une vingtaine de produits qui font l’objet d’une longue macération dans des tonneaux.
Richard Long,  Andy Goldsworthy, deux des artistes « Land art » ont fréquemment utilisé la terre crue sur les sites ou dans des espaces intérieurs.
Certains performeurs (actions de démonstrations artistiques) s’attachent aussi à employer la terre sous forme de poudre, de boue, … afin de renforcer le message à faire connaître aux spectateurs.


La terre comme support - concepts

De plus en plus d’artistes se rattachent à l’argile sous toutes ses formes afin de conforter leurs considérations personnelles ou celles attenantes à notre monde.
Actuellement, certains d’entre eux, présentent des scènes étranges en usant des aspects insoumis de la terre et nous questionnent sur nous, notre rapport vis-à-vis d’elle et à la relation au monde. Ses aspects peu solides servent à traduire l’éphémère, la fragilité, l’instabilité, …
Les transformations de la terre dans les suites des intempéries sont transcrites dans des œuvres-concepts-matières. Il est également remarqué que des bribes de l’histoire de l’art se répercutent au sein d’œuvres constituées de terre crue.

Chargé d’histoires, imbibé de symboles, le support terre transporte des messages allant du poétique au particulièrement très durs. La terre est devenue un moyen qui dénonce les questions relatives à l’avenir de l’humain. Elle reste pourtant encore toujours la matière d’où est issue la vie et l’humanité.


Liens terre crue et céramique

Le terme céramique, est issu du grec « keramos » qui signifie terre cuite solide.
Dans le monde céramique, la terre est toujours comprise comme un support qui réceptionne les divers décors, le plus souvent sur tesson cuit. N’étant point en correspondance avec les objectifs que doivent tenir les objets utilitaires, la terre crue a été longtemps refoulée ou considérée comme stade de décor comme le polissage des surfaces destinées aux enfumages.

Le médium cru inspire quelques artistes céramistes.
Leur matière de prédilection est reconduite dans d’autres aventures que celle des cuissons.
La terre verte devient le soutien d’idées sensibles, de perceptions et de reconductions vers d’autres mises en pratiques.
Vont s’immiscer des corrélations matière-concept soutenus par les aspects éphémères, fragiles, poétiques, écologiques, …offerts par les terres poudreuses, boueuses, craquelées, …
Ici aussi, les transformations dues aux intempéries vont inspirer plus d’un céramiste et par là, certains vont replonger dans l’histoire de l’art (Land art, romantisme, arte povera, …)
Certaines contraintes telles que le format limité du four ou des options de sculptures monumentales amènent des céramistes à opter pour la réalisation d’œuvres de terre crue.
Le monde céramique tient des moyens de productions en série et par là, la possibilité de réaliser des installations de divers formats. La terre crue tient des rôles intéressants via ce procédé de présentation dont la forme varie en fonction du lieu occupé.
Pour ceux qui s’attachent à respecter l’environnement, l’usage de terre crue va écarter les frais de cuisson, la consommation de combustibles et la pollution qu’ils peuvent engendrer.
La conjoncture actuelle, la rareté des argiles et leur coût progressif amènent d’autres considérations économiques.Tant qu’elle n’est pas cuite et trop souillée, la terre peut être recyclée.

Voici deux avancées d’artistes céramistes travaillant la terre crue :




Cette céramiste réalise, entre autres, des œuvres en terre crue qui démontrent la fragilité de l’être, ses forces de résistances à la suite de désastres tirés de l’actualité.
Nicole Cristou








Lydia Wouters - Installation Triennale céramique

 « La terre tant qu’elle n’est pas cuite, reste vivante et sensible. Et on peut continuer à la manipuler à l’infini. Aussi ses réactions aux intempéries, au gel, à la pluie, le séchage sont fascinantes. Je travaille sur le cycle GTI, des installations réalisées avec la terre ou porcelaine-papier crue. Chaque fois que j’expose, j’adapte la composition au lieu. Dès que les possibilités sont épuisées, je mouille la terre et je la réutilise pour une autre installation. »
Lydia Wauters





Article: Y. Maréchal

Du 03/09 au 08/10/2016 - Exposition céramique contemporaine - Bruxelles


Puls Ceramics



Du 3 au 11/09/16 - Art dans VIRTON


CUEST'ART
Virton se mue en galerie d'art




 



Jusqu'au 28/08/16 - Connected - Art contemporain - Bruxelles



Du réel au virtuel
Analyse des oeuvres depuis leur création jusqu'à leur réception.
Liens créateur- oeuvre - spectateur - interactivité
Plus de détail sur le site:


 

Jusqu'au 16 mars 2020 - Bruegel - Bruxelles


BRUEGEL
Des histoires dans l'histoire
MUSEES ROYAUX DES BEAUX ARTS DE BELGIQUE

Vérifier les jours d'ouverture sur le site:





mardi 9 août 2016

Du 26/08 au 01/10/2016 - Exposition vannerie - OPMA - LIEGE


 

Découvrir ... Céramiques-Verre-Bijoux ... Karin Stegmaier




Karin Stegmaier
Céramiques • Verre • Bijoux

Métiers d'art ... Espace nouveau à visiter - DURBUY






 Métiers d'Art ...................................................

Durbuy, petite ville sise à l'entrée de l'Ardenne belge, vient de voir s'ouvrir sur ses hauteurs, un nouvel espace dédié aux métiers d'art. Un atout pour la région et ses visiteurs.

Qualité, variété, multi-matières, originalité se côtoient subtilement.
Céramique, peinture, sculpture, bijoux, ... offrent à voir diverses approches très particulièrement particulières qui font preuve de l'engouement des artistes déjà répertoriés.

Ambiance agréable, valorisation des réalisations bien gérées par les deux hôtesses de l'espace exposition. Bel équilibre qualité - prix - art.
Selon la philosophie des intervenants, les œuvres se doivent d'interpeller les visiteurs par "le bien travaillé", "le beau à vivre".

L'idée de partage de cet espace à été initié par le Maître graveur Alain Lovenberg.
Ennuyé par l’exiguïté de son ancien local, il a décidé d'acquérir le bâtiment afin de mettre en place son nouvel atelier personnel et celui de ses acolytes. Formé par l’École Liégeoise, le graveur, connu et reconnu, reçoit autour de son plan de travail: apprentis, stagiaires, visiteurs, ...

Gageons que le futur voit arriver pour ce "news  showroom" tous les positifs possibles.




Oeuvres: A. Gillet et J-L. Fusulier
Article: Y. Maréchal